L’art contemporain au sein de la Villa Vassilieff : vivre, travailler, échanger

Villa VassilieffDécouverte de la Villa Vassilieff à Paris, un établissement culturel hors du commun qui abritait auparavant le musée Montparnasse. C’est dans le cadre du Pernod Ricard Fellowship que je me suis rendue à un petit déjeuner presse annonçant les quatre lauréats pour 2017. Une jolie découverte artistique et sociale.

Pernod Ricard

Que vient faire Pernod Ricard dans l’art contemporain ? Cette marque de vins et spiritueux très connue en France s’est associée à la Villa Vassilieff, établissement culturel au sein du quartier Montparnasse, pour créer le Pernod Ricard Fellowship, une bourse accompagnant quatre personnes en résidence chaque année pour une période de trois mois, qu’elles soient artistes, commissaires ou chercheurs internationaux.

Fondation Ricard

(Photo : google)

Ces artistes sont alors accompagnés en leur facilitant l’accès à de nombreuses institutions, à des archives publiques ou privées, au centre Pompidou, en collaboration avec des musées, des écoles d’art, … Ils participent également au programme vivant d’événements au sein de la Villa Vassilieff. Pernod Ricard avec sa fondation d’entreprise Ricard s’inscrit dans le mécénat d’art depuis plus de vingt ans et soutient la création d’artistes contemporains nationaux et internationaux.

La Villa Vassilieff

Villa Vassilieff

(source : https://fr.pinterest.com/pin/405394403940778993/)

Située en plein cœur de Montparnasse, sur l’ancien atelier de Marie Vassilieff où était abrité le musée Montparnasse jusqu’en 2013, la Villa Vassilieff, gérée par Bétonsalon, est un centre d’art et de recherche. Elle favorise le mûrissement des idées et le partage des savoirs. Elle est conçue comme un espace d’élaboration d’un questionnement sur la société, en recherche sur les formes normalisées de production, de classification et de distribution du savoir.

Villa Vassilieff

(source : https://fr.pinterest.com/pin/62628251046161032/)

Des séminaires, projections et ateliers sont organisés en collaboration avec des professeurs de l’université de Diderot, et des projets à long terme avec des résidences de recherche, des coproductions artistiques, des colloques, sont menés à l’international avec des institutions partenaires. La Villa Vassilieff est aussi un lieu d’exposition d’art contemporain d’artistes confirmés ou d’étudiants.

Les Lauréats

C’est dans l’appartement résidence où l’artiste actuellement présent Zheng Bo nous a reçus que nous sont présentés les quatre lauréats pour 2017.

Zheng Bo

(Zheng Bo et l’architecte Yona Friedman, photo Zheng Bo et Villa Vassilieff)

Une opportunité réelle pour ces artistes étrangers de découvrir la France, d’échanger avec les acteurs parisiens et de mener à bien leur processus de recherche. artiste chinois dont les projets participatifs ont été exposés dans de nombreuses institutions publiques en Chine et à l’étranger, récompensé par le prix d’excellence du Hong Kong Museum of Art en 2005 et du prix du jury de Singapore Art Museum en 2008, Zheng Bo travaille sur les mauvaises herbes comme manière de penser l’écologie et la politique en Chine. Diplômé d’un doctorat en études visuelles et culturelles, il enseigne également à la School of Creative Media à Hong Kong. Le fruit de ses recherches sera prochainement présenté dans une publication de la Villa Vassilieff. C’est donc dans son salon où ses chaussures trônaient à l’entrée, des bacs où poussent des mauvaises herbes et où quelques chaises sur lesquelles nous étions assis ont été revisitées par d’autres artistes que les quatre lauréats ont été annoncés.

Projet Zheng Bo

(Photo : Zheng Bo, bac de mauvaises herbes glanées dans Paris dans l’atelier du Pernod Fellowship)

Il s’agit de Mercedes Azpilicueta (Pays-Bas) qui enquêtera sur la dimension politique du désir et sa relation aux affects, de Koki Tanaka (Japon) qui fera des recherches sur l’histoire d’un restaurant de Belleville entre 1940 et 1944, de Samit Das (Inde) qui enquêtera sur le vocabulaire visuel de l’art moderne indien en résonance avec Paris et de Ndidi Dike (Nigeria) qui s’intéressera aux histoires et héritages pré et post-coloniaux des politiques de contrôle des ressources qui façonnent le continent africain.

Autant de sujets de réflexion étonnants, où ces artistes pourront durant trois mois établir un processus de création.

L’exposition en cours

Artistes, étudiants, projets collaboratifs, l’exposition nous a été ouverte pour découvrir les projets d’artistes contemporains. En voici un aperçu :

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, tissu imprimé qui lorsqu’il est éclairé reflète son image sur le sol)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, piscine interactive)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, espace convivial qui évolue au fil du temps)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, réflexion sur les principes d’ergonomie)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, réflexion sur le prolongement du corps)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, statue antique revisitée)

Exposition Villa Vassilieff

(Photo : @Floriane Lemarié, barrière interactive)

Belle initiative de la Villa Vassilieff, véritable centre de recherche vivant qui favorise le processus créatif en permettant aux artistes de s’insérer durant trois mois dans la vie parisienne et d’accéder à de nombreuses ressources. L’issue d’un projet n’est jamais certaine, ce qui compte étant l’échange et la possibilité de créer sur place avec de nombreux intervenants. Une belle découverte !

https://www.fondation-entreprise-ricard.com/

http://www.villavassilieff.net/

Floriane Lemarié

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.